heurt

heurt [ 'ɶr ] n. m.
XIIe; de heurter
1Action de heurter; résultat de cette action. coup; choc. « le heurt d'un lourd vantail qui se referme » (L. Bertrand). Au moindre heurt, la bombe explose. Déplacer sans heurt un objet fragile. à-coup, cahot, saccade.
Heurts entre la police et les manifestants. accrochage, brutalité.
2(Abstrait) Opposition brutale, choc résultant d'un désaccord, d'une dispute. antagonisme, conflit, friction, froissement. La cohabitation ne va pas sans quelques heurts. « le heurt de deux tempéraments, de deux éducations différentes » (Zola).
3(Esthétique) Opposition forte. contraste; heurté. Un heurt déplaisant de sonorités. Le peintre dispose « des pâtes colorées dont [...] les fusions et les heurts doivent lui servir à s'exprimer » (Valéry).
⊗ CONTR. Conciliation. Harmonie. ⊗ HOM. Heur, heure.

heurt
n. m.
d1./d Choc brutal (de corps qui se rencontrent). Heurt des volets qui battaient au vent.
|| Accrochage. Heurts entre grévistes et forces de l'ordre.
d2./d (Abstrait) Friction entre des personnes, désaccord. Leur voisinage ne va pas sans heurts.
d3./d Fig. Contraste violent (entre des sons, des couleurs, etc.).

⇒HEURT, subst. masc.
A. — Rencontre, choc (plus ou moins brutal).
1. [Avec un obstacle gén. matériel]
a) [Avec des pers.] Non seulement la bousculade ne me divertit pas de mon obsession, elle la renforce; chaque heurt, chaque coup de coude chaque compression la resserrent et l'enclouent (ARNOUX, Paris, 1939, p. 25).
b) [Avec des choses] Heurts légers, violents; au moindre heurt; les heurts sonores des battoirs; le heurt du marteau. Le silence de la grande pièce où sonnaient seulement les petits heurts de l'argenterie et des assiettes (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Inutile beauté, 1890, p. 1153). Les coups de sifflet, maintenant pressés, scandaient le heurt des souliers sur les degrés de bois (DUHAMEL, Notaire Havre, 1933, p. 74). On était en pleine chimère et, selon les règles de tout irréel, le heurt avec la dure vérité des choses, un jour ou l'autre, viendrait bien (MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p. 188) :
1. ... l'arbre (...) [qu'on abattait], décrivit son immense quart de cercle. Les hommes prirent la fuite. Dans un heurt sourd qui fit trembler le sol, tout l'espace libre fut découvert d'un bondissement de branches cassées par un tonnerre, de feuilles secouées par un ouragan.
CHÂTEAUBRIANT, Lourdines, 1911, p. 16.
Rem. La plupart des dict. enregistrent un emploi rare au sens de « marque laissée par un choc ou un coup ». Ce cheval a un heurt à un pied de devant (Ac. 1935).
2. Au fig. ou p. métaph.
a) Dans le domaine intellectuel (vx). Le heurt que le Génie du Christianisme donna aux esprits, fit sortir le dix-huitième siècle de l'ornière, et le jeta pour jamais hors de sa voie (CHATEAUBR., Mém., t. 2, 1848, p. 46). Rousseau a donné un heurt à l'esprit français, à l'imagination française (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 7, 1864, p. 374).
b) Dans le domaine moral ou sentimental. Émotion brutale. Mme Arnoux ôta son chapeau. La lampe, posée sur une console, éclaira ses cheveux blancs. Ce fut comme un heurt en pleine poitrine. Pour lui cacher cette déception, il se posa par terre à ses genoux (FLAUB., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 280). Il eut un heurt violent au cœur : l'orchestre s'était arrêté net, au milieu d'une mesure (ROLLAND, J.-Chr., Aube, 1904, p. 102).
B. — Opposition, affrontement.
1. [Entre des pers.] Désaccord, antagonisme. Ils vivaient, côte à côte, attentifs l'un à l'autre. Il n'y avait entre eux ni heurt ni dissonance : peut-être parce qu'il n'y avait ni contact ni accord (DANIEL-ROPS, Mort, 1934, p. 75).
Gén. au plur. Querelle, dispute. Des heurts continuels les eussent fait se séparer bientôt, sans la naissance de deux enfants, qui pourtant ne ramenèrent pas la concorde. Le ménage continua d'aller cahin-caha (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 12).
P. méton. Par crainte d'un heurt avec le pouvoir exécutif, la législature n'osa affirmer ce droit incontestable (TOCQUEVILLE, Corresp. [avec Henry Reeve], 1851, p. 121). Une passion (...) affaiblie et comme usée par un heurt quotidien, par un frottement continu des caractères (HUYSMANS, Sœurs Vatard, 1879, p. 282). Un de ces duels d'idées que provoque chez les intelligences philosophiques le heurt avec un écrivain de grand talent qui contredit leurs convictions les plus chères (BOURGET, Actes suivent, 1926, p. 66) :
2. Ils étaient mariés à peine depuis trois mois, et une sourde désunion grandissait entre eux. C'était le heurt de deux tempéraments, de deux éducations différentes, un mari maussade, méticuleux, sans passion, et une femme poussée dans la serre chaude du faux luxe parisien, vive, saccageant l'existence, afin d'en jouir toute seule, en enfant égoïste et gâcheur.
ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 225.
En partic. Affrontement, combat. Le maréchal évoque la guerre civile. S'il entend par là le heurt violent de deux fractions du peuple français, l'hypothèse est tout à fait exclue (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p. 320).
Au plur. Le 6 au matin, des escarmouches se produisent entre quelques milliers de manifestants et la police. Dans l'après-midi après le meeting qui s'est tenu à la Faculté des Sciences, des heurts violents ont lieu rue Saint-Jacques et place Maubert notamment (Ph. LABRO, M. MANCEAUX, Ce n'est qu'un début, Paris, Éd. et Publ. premières, 1968, p. 98).
2. [Entre des choses] Discordance, contraste. V. désenchanteur ex. 1.
En partic. [Entre des sons ou des couleurs] Contraste violent, désagréable. Les heurts des syllabes. Les teintes violentes, les heurts farouches des tons, les séditions brusques de la couleur (BLOY, Femme pauvre, 1897, p. 217). Le fait que tout le monde improvise en se guidant sur la même trame harmonique, empêche déjà bien des heurts, bien des discordances (PANASSIÉ, Jazz hot, 1934, p. 64) :
3. ... un arpège qui descend et remonte sur une tenue d'accord, dont la tonalité de la bémol majeur, suspendue dans une attente à voix basse, se résorbe sans heurt et sans éclat en la tonalité de sol mineur...
ROLLAND, Beethoven, t. 2, 1937, p. 457.
Prononc. et Orth. : [] init. asp. Pas d'aspiration ds DUB. ni Lar Lang. fr. On ne fait plus sentir le [t] final à partir de LITTRÉ et on prononce le mot comme court []. Le [t] est, encore, noté ds FÉR. Crit. t. 2 1787, LAND. 1834, GATTEL 1841, NOD. 1844, BESCH. 1845. Att. ds Ac. dep. 1694. Homon. heur, heure. Étymol. et Hist. 1. a) 1re moitié du XIIe s. hurt « choc, coup donné en heurtant » (Psautier Cambridge, 114, 9 ds T.-L.); b) ca 1450-86 heurt « id. » (G. ALEXIS, Martyrologue des faulses langues, 111 ds Œuvres poétiques, éd. A. Piaget et E. Picot, II, 315); 2. fig. a) av. 1846 le heurt des sons de l'harmonie (CORMENIN ds BESCH.); b) 1882 le heurt de deux tempéraments (ZOLA, loc. cit.). Déverbal de heurter. Fréq. abs. littér. : 293. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 24, b) 333; XXe s. : a) 636, b) 663.

heurt ['œʀ] n. m.
ÉTYM. V. 1450; hurt, v. 1120; déverbal de heurter.
———
I
1 Action de heurter; résultat de cette action. Coup; choc, heurtement. || Un heurt léger, violent, terrible. || Le bruit d'un heurt. || Heurt qui se produit, qui survient (→ Agréable, cit. 10). || Le heurt de qqch. par qqch. || Le heurt de qqch., causé par qqch. || Bouclier fracassé (cit. 2) par le heurt d'une pierre. || Éviter (cit. 42) le heurt, un heurt. || Prendre des précautions pour déplacer sans heurt un objet fragile. À-coup, cahot, saccade; → Basculer, cit. 3. || Heurt de deux, de plusieurs voitures. Carambolage.
1 (…) une suite de coups profonds, qui semblaient les heurts d'un bélier de muraille (…)
Loti, Ramuntcho, II, XII.
2 C'étaient des voix d'hommes et de femmes, des rires mourants, l'ébrouement d'une bête, le heurt d'un outil (…)
Zola, la Terre, II, IV.
3 (…) le silence glacial n'est rompu que de loin en loin, par le pas d'une dévote attardée ou le heurt d'un lourd vantail qui se renferme.
Louis Bertrand, le Livre de la Méditerranée, p. 29.
3.1 Soudain, le train fut secoué d'un de ces légers heurts qui passent au corps du voyageur la surprise du mécanicien à la vue d'un mouton sur la voie.
Giraudoux, Siegfried et le Limousin, p. 287.
Par métaphore :
4 Le heurt que le Génie du christianisme donna aux esprits, fit sortir le dix-huitième siècle de l'ornière, et le jeta pour jamais hors de sa voie (…)
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, II, I, 12.
Brutalité, voie de fait. || Il y a eu des heurts entre les manifestants et la police.
2 (1694). Rare. Marque laissée par le coup. || Ce cheval a un heurt à un pied de devant (Académie).
3 (1882). Abstrait. Opposition brutale, choc résultant d'un désaccord, d'une dispute. Antagonisme, conflit, friction, froissement. || Leur entente, leur collaboration qui ne va pas sans heurts. || Se garder de toutes les occasions de heurt. || Ils sont trop entiers, trop passionnés pour qu'il n'y ait pas des heurts entre eux.
5 Depuis cette brouille, une rupture était imminente entre l'abbé Godard et Rognes, le moindre heurt allait amener la catastrophe.
Zola, la Terre, III, VI.
4 (1897; esthétique). Opposition forte. Contraste. || Les heurts violents des tons d'un tableau (→ Éteindre, cit. 28). || Des heurts savants de couleurs (→ Colorer, cit. 10).Heurt de deux voyelles. Heurtement. || Le heurt déplaisant de sonorités (→ Dissonance).
———
II Techn. (D'un emploi ancien de heurt au sens d'« éminence », d'« élévation de terrain [qui fait obstacle] »). Point le plus élevé (d'une rue, d'un pont, d'une conduite d'eau…) d'où partent les deux pentes en sens contraire.
CONTR. (Du sens 3) Conciliation. — (Des sens 3 et 4) Harmonie.
HOM. Heur, heure.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • heurt — heurt …   Dictionnaire des rimes

  • heurt — Heurt. s. m. Choq, coup donné en heurtant contre quelque chose. Il s est donné un heurt à la teste, à la jambe. un furieux heurt. ce cheval a un heurt à un pied de devant. eviter le heurt. gare le heurt. le heurt de deux vaisseaux qui se choquent …   Dictionnaire de l'Académie française

  • *heurt — ● heurt nom masculin (de heurter) Fait pour deux choses d entrer assez rudement en contact ; choc : Ces verres sont fragiles : il faut éviter le moindre heurt. Opposition très forte entre des choses ; contraste : Le heurt de deux sonorités.… …   Encyclopédie Universelle

  • heurt — Heurt, Tantost signifie choc et rencontre de coup, Illisio, Offensio. Tantost signifie la sommité d un coustau, ou montagne, mesme si c est rocher. Sans avoir aucun heurt, Inoffenso secundarum rerum cursu. B. Ils ont eu tant de heurts, Tot… …   Thresor de la langue françoyse

  • heurt — (heur. Chifflet, Gramm. p. 217, dit que le t se prononce ; aujourd hui il ne se prononce plus) s. m. 1°   Coup donné en heurtant contre quelque chose. •   La porte.... Et, s ouvrant à mon heurt, je tombai sur le ventre, RÉGNIER Sat. X.. •   Un… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • HEURT — s. m. (H s aspire.) Choc, coup donné en heurtant contre quelque chose. Éviter le heurt. Le heurt de deux vaisseaux qui se choquent. Le heurt d un vaisseau contre un rocher. Le heurt des charrettes.   Il se dit, quelquefois, de La marque que le… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • HEURT — n. m. Coup donné en heurtant contre quelque chose. éviter le heurt. Le heurt de deux vases, de deux carafes qui se choquent. Le heurt d’un vaisseau contre un rocher. Un heurt des charrettes. Il se dit quelquefois de la Marque que le coup a… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • heurt — or heurte variant of hurt * * * heurt(e var. hurt, roundel …   Useful english dictionary

  • Heurt — nm quartier de roc émergeant dans un champ Champagne …   Glossaire des noms topographiques en France

  • Fort De L'Heurt — Vue du fort de l´Heurt Le Fort de l Heurt est un fort élevé sur ordre de Napoléon Bonaparte sur des vestiges de l ancien promontoire Icius du géographe Ptolémée (en mer, face à la ville de le Portel) après la rupture du Traité d Amiens par les …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.